Luciole L21 Express

Parfois, lorsqu’il ne me reste plus d’ongles à ronger, que le ronronnement lancinant de Berserk me fait bouillir les tempes, comme la flotte se ramasse méchamment contre les vitres branlantes pendant que sa mère la tempête claque de larges soufflantes sur le coin de mes volets de bois fendus, entre les boîtes à biscuits dévastées et les ronds de canettes de bière broyées, apparaissent des fientes suspectes. Ouais, parfois, ce grand sentiment de liberté, tu connais bien ça, hein Merlin…on se lâche…bref, parfois je me transplante en Sardine.

C‘est mémé Ciredutemps qui m’a appris ça, un jour que je lisais mon divin Pratchett. C’te kif ! Alors, concrètement, la méthode est simple : tu te couches sous une bonne grosse couette, limite plâtre à carcasse, pis tu t’endors presque, entre hypnose et demi-sommeil. Lorsque tu t’réveilles, t’es dans le corps et la tête d’une chouette. Voler n’est plus un secret pour toi, tu maîtrises totalement l’envol, les plongées, les accélérations, les changements de cap, les loopings. Sérieux, ça plane !

Par contre, vaut mieux pratiquer ce genre de sport la nuit parce que, le jour, ma chouette elle fait ce que font toutes les chouettes normalement constituées : elle dort. De plus, je ne tiens pas particulièrement à m’faire avoiner le plumage par la chasseuse du coin. Je veux bien entendu parler d’une dénomée Meloraptor. Elle tire sur tout ce qui bouge avec son tourne-laser.

Du coup j’ai peaufiné une combine avec la queen de la fourmillière la plus massive du jardin : on construit un engin monstrueux, au nanomètre près. Un vaillant escadron de lucioles acharnées a été arnaché sur un pédalo pollypocket. En ce moment-même elles viennent de franchir l’embouchure d’un vieux ballon de baudruche, récupéré dans une des malles du grenier et repeint en vert bouteille.

Je l’ai baptisé LL21Express. Il décolle grâce à la dynamo flanquée sous les pédales. Entièrement gavé d’hélium trimixé, importé spécialement d’Uranus dans un thermos cosmique, un machin hors de prix, il opèrera de magnifiques manoeuvres au dessus de la fenêtre de la chambre de l’honorable Lady Personne, et ce à chaque nouvelle lune. Lorsqu’elle fredonnera le matin, les décibels s’en gicleront le diapason de savoir dans quelles méandres musicarnassières ses bas se perdront. Chaque fois je lui distillerai, par voies aériennexpress interposées, un de ces ragoûts d’fioles dont elle se souviendra en boucle !

– kiiiiiauuuooiiii mruiaoiihé

– Berz ? T’as bouffé un sifflet ? …OH NON, LE BOURRIN !!!

Éventré, mon splendide LL21 git péniblement sur le flanc et Sardine arrive en piqué happer les dernières, précieuses, effluves de gaz. Ma chaumière et mon puits disparaissent aussitôt. J’avais gagé mes biens et la moitié de ma vie pour obternir ce thermos. Montant réglable immédiatement après ultime utilisation.

Pour le coup je me transmute rapidement en sardine volante à direction de Mars Ressac, comptoir d’échanges intersidérants.

– AaaaAaaaaaaaargh

Bien évidemment l’unique mot me venant est Ouuuuiiii !! J’adôre. Merci pour les Foo Fighters, je n’avais jamais vu cette vidéo (Dave Grohl retour à la batterie ou le vilain petit canard devenu séduisant au fil du temps) – MeloP

Plus connue après cet article sous le nom de Meloraptor (V’la la réput ! mdr)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s