Running Still

Sometimes it’s too easy to get a bit distracted with every day life and we forget about the beauty of the smiling. So, it’s always good to smile

Changeons un peu de registre. Daigneriez-vous, l’espace d’un court instant, vous joindre à ma personne histoire de battre la campagne ou les pavés ?

Un ovni (rassurez-vous, de la proche galaxie UK) débarque en 2009 avec une pop sympathique et réitère, l’insolent, en 2011. Un mec, gentiment atteint, dispensant son brin de fantaisie zéro prise de tête. Artiste engagé, certains diraient un chouya naïf, trop rêveur, voire utopiste. Le genre de zigue aimant s’éclater avec sa guitare ou son piano, entouré de ses potes, un baba-ultra-cool bohème se contentant de vivre, au sens le plus noble du terme.

Il incite à la simplicité, vous demande juste d’ouvrir votre esprit à la splendeur alentour. A sa manière, il nous transporte dans des microcosmes bien précis et l’excursion s’impose, mais nous allons devoir porter ZigomaD, j’la sens peu motivée !

Storyboard – Claquemurées dans ce monde exaspérant, nos âmes blessées réclament un retour-arrière urgent, pour recouvrer une Humanité moins sombre, plus chaleureuse. Extirpons-nous de la matrice pour panser nos cœurs contusionnés, devenus bien trop androïdes. Sillonnons la pampa, le long d’une voie de chemin de fer et, tel Geronimo ayant rencontré le Grand Manitou, évoluons en de nouvelles entités, débarrassés de nos chaînes d’humains usés et embourbés, redevenus libres, survolant la mêlée.

Changement de costume, nous retrouvons le Charlie, plus solitaire, portant une esquisse davantage mélancolique, mais l’allant toujours sauvage. Il a maintenant plus d’un énergique dandy, main dans la poche, canne ouvragée. De nouveau happée, propulsée au milieu du salon d’un vieux manoir perdu, côtoyant dillustres fantômes, le temps d’une journée propice aux confidences, à la recherche du bonheur.

Séduite, j’attends sa prochaine invitation, le suppliant d’échapper au système et de conserver son émancipation. Pas vrai Zigoma…lade? Hou là très mal aux pieds, assise ainsi au bord de la falaise, me maudissant pour l’effroyable vadrouille, j’ai surement tout intérêt à me planquer!

MeloP ζ

ZigomaD says : mon pharmacien va halluciner quand je débarquerai en sweat troué à cravate avec mes potes fluosquelettiques en racontant ma vie de canard😄 La falaise, j’ai pô trouvé la route pour m’y aller paumer la plante de mes pieds ! : P Ambiance chaleureuse sur ton post, Meloàbouillir, et j’y ajoute une pincée de petits gars du dimanche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s