High Voltage

Bon joined us pretty late in his life, but that guy had more youth in him than people half his age. That was how he thought, and I learned from him. Go out there and be a big kid

Inutile de revenir sur la simulation de baffe, vous vous en doutez. Au bord du coma, SVP déployez l’électrochoc.

70’s (pffffffff) – Découverts dans les 80’s (je ne suis pas une head-bangueuse en déambulateur!). En l’occurrence, l’exercice sera découpé en deux épisodes, la faute à ce bon vieux Sex – Drugs & Rock n’ Roll ayant légèrement semé la zizanie. Pssst, les plus sensibles, essayez au moins, c’est promis ça vaut le détour. Nulle guitare pépère, du rock, soit, mais souvent sur cette période, teinté blues.

So… Il était une fois trois petits… frangins qui, sans fanatisme aucun, ont eu la fabuleuse idée de s’intéresser à la musique. Les Young, fondent un groupe au nom étrangement banal, s’accordant mal aux titres, attitudes et sons speedo-galvanisants sans pareil, prodigieusement émis par les bad boys, d’où les polémiques à base de message subliminal antéchrist ou à connotation charnelle. Je reste sur le courant alternatif et continu. 

High Voltage (compil des deux premiers albums) est une mine de diamant, tapissée de joyaux, de rythmes inimitables et percutants, qui, à l’instar de diables jaillissant de leurs boîtes, fusent, portés par la voix d’un Bon Scott emblématique, talentueux et totalement désinhibé. Bon ok, un peu à l’étroit dans ses jeans, étouffant dans ses tee-shirts ou tous poils dehors, mais il reste mon péché mignon. Ajoutez un garçonnet en bermuda, de temps à autre en impeccable habit d’écolier et la magie opère (d’ailleurs Angus ne vieillit pas!)

La suite est tout aussi condensée et excellente – 3 albums incroyables de justesse et chargés de titres absolument inratables : Jailbreak – Ride on sur Dirty Deeds Done Dirty Cheap, Whole Lotta Rosie – Let There Be Rock sur l’album du même nom et Rock n’ roll damnation sur Powerage (qui n’a pas dû aider sur le côté sataniste du hard-rock).

Et le missile ultime, dernier lever de rideau pour Bon et celui-là je pense que personne ne l’a raté. Que ceux n’ayant jamais fredonné Highway To Hell se lèvent? C’est bien ce que je pensais…personne. Reste que ce titre, n’est pas mon favori. Bah ouais, j’ai le droit. Ecoutez-moi plutôt celui-ci. Ça vous fait pas fabuleusement vibrer les oreilles?

Ou encore Walk All Over You, toujours pas? Ok. Vous vous attardez au bord de l’autoroute? tant pis😦

L’enfant terrible, à force d’excès, nous compose une mort de chanteur de rock, à base d’abus de boissons. Reste son génie et un rythme parfait pour les longs trajets – Born to be wiiiild.

Pour ceux qui auraient décroché, juste pour le plaisir, une version jazz.

To be continued… Zigomareine. Je sais que cette vibe électrique ne passe pas bien entre tes tympans mais ce premier tour de piste t’aurait-il séduit (un peu) ?

Zigomad says : Assez d’Excès !😄 Joli tour de piste en effet. Le Touch fait mouche, Queen Melody. Cependant sauf que néanmoins je reste boulonnée sur le Hiiiighwayy, piochant dans les titres avec modération. Je vais réécouter la version jazz, tiens. Gna gna gna.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s