Un Mulot Au Frigo, Une Louve Sous Le Capot

/Plop les Zigs ! Il y avait une tempête. Il y avait la nuit qui tombait. Oma essayait de cercler son minois bougon de noir à lèvres mais le tube lui glissait des mains tant elle était véener. Dans la cuisine truffée de vaisselle sale, de journaux périmés, de magasines à cruches dévastés, de restes de repas divers et avariés, Berserk s’entichait d’une souris qui, après s’être apparemment perdue dans la forêt avoisinante, avait cru malin de venir se réfugier entre les casseroles, marmites et couvercles métalliques empilés pêle-mêle sous l’évier, où elle entamait les premières mesures de virus.

Juchée sur la plus haute poutre du salon, Sardine sortait de son profond sommeil un brin gazée et observait le poilu extatique bondir de part et d’autre du mobilier avec consternation. C’est qu’il prenait grand soin de massacrifier tout ce qui lui tombait sous les pattes, le matou survolté. Il slalomait entre les pieds de la pauvre table comme s’il était monté sur roulettes, grimpant, roulant, sautant. SpiderCat à friction ! Alors un miracle se produisit. Une perfide queue de poêle à frire décida de venir à son secours en empêchant la fermeture des portes du placard, qu’il parvint enfin à espacer. Oo!!! Pour les ouïes sensibles, une page de conte musical.

Le châle hirsute, jeté sur ses frêles épaules dorées, Melo black & strass fit claquer ses bottines en dévalant les marches de l’escalier jusqu’à terrasser complètement le félin entre les ressorts du canapé. Elle fut chaleureusement hululée par madame la chouette dont les ailes défroissées se redressaient. Manque de pot Oma connaissait bien son humeur de pique-assiette et la stoppa net :

_ Sardine, pas touche à son bifteck sur pattes !, glapit-elle, pointant vers la rapace une de ses boots de ranger gothique.

La plumée pencha sa grimace, puis insista sur l’importance qu’elle accordait à ces propos.

_ J’ai dit Pas Touche !

Sardine se figea, détourna ses mirettes, sans manquer de fusiller la sorcière en bas à rayures rouges et blanches dans le premier miroir que son regard courroucé croisa.

_ Fait pas cette trombine, Sardinette, ‘toutes façons tu n’les digères pas, les souris, tu le sais très bien. …Je te ramènerai un p’tit filet de poisson. Ça roule ?

La réponse ne traîna pas : avant que ne sonnent les douze coups de midi. Là-dessus les deux headbangueuses-étoiles ont filé vers la lourde branlante, la verrouillant rapidement avant d’aller s’engouffrer sous la grosse bourrasque humide. La combi-vip’ ronronnait déjà, une louve sous le capot. Vrrrrrrroum.

SLAAAAAYERRR !! En bonne diablesse, pour clôturer ton « conte de fée », je t’envoie un petit peu plus de… bruit : . MeloP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s