Funambululeur Tempoète, Lumaestro du Crabouif

¡Buenos días, les tympans masqués! Juchée sur une galette volante en balade, les bras déployés face au grand courant aérien, je catapulte en gloussant des bombes à nectar sur les carafes des zigofollowers.

Drap coule au vent pire et enveloppe les muses de mains invisibles, voici l’arbre humain tel qu’il prit racine en nos souffles et sourires pour ne plus jamais cesser de s’épanouir. Une splendide forêt de funambululeurs tempoètes s’éveille et croît sous le regard étincelant de malice du Lumaestro du Crabouif, monsieur Jacques Higelin.

Régalez-vous les mandibules, les ondes chahutées puisant sous l’écorce une sève musicale enjouée et délicate. Promenez-vous à l’envi jusqu’à l’envie, frémir chanter frissonner fredonner tressaillir bondir vaciller et danser.

Auprès de ses notes vous vivrez heureux*. Approchez-vous de ses vingt branchespour y poser les frêles pattes de vos palpitants, vous pauser la carcasse : ça requinque merveilleusement. Les tifs embrumés, regarder ses pieds jouer avec les mots.

ZD

* Emprunté à Georges Brassens (1955, Chanson pour l’Auvergnat, Auprès de Mon Arbre)

photo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s