Off The Record : Michael Jackson

[ Playlist ]

Affalées sur le canap’ des ondes (It’s close to midnight), mugs emplis de café pour soirée haute en propos futiles, MaD et Mélo, savourent leurs galettes moelleuses. Quelque chose s’ébroue sous la table basse (something evil’s lurking in the dark)Entre fous-rires et tics nerveux (you see a sight that almost stops your heart), direction la Motown et plein-phares sur : Michael Jackson

première pelle

[MeloP] : J’sais plus chez qui, ni quand, mais la première volée fut ordonnée dans les règles de l’art. Un son, un chant immaculé, un tempo… Quarante années plus tard, ça fonctionne toujours. Une fiesta sans les Jacksons, n’a ni la même saveur, ni la même folie. 

[ZigomaD] : Je les avais entendu à la radio, sur des platines, et ça bougeait bien, mais c’est surtout en 1982, enfin chez nous en 1983 parce qu’à l’époque fallait attendre que les disquaires aient la galette – no internet no mp3lala old rules. En 1982, donc, sortie de l’album Thriller. Let’s pop-rock! Pendant un an je n’ai absorbé que ça!  

[MeloP] : Forcément, mais là je parle de première claque, pas de l’uppercut qui suivit. Thriller évidemment. P***n d’album, p***n de singles. Tellement écouté que j’me demande encore comment j’ai réussi à pas le rayer, ce vinyl. Beat It – encore et encore. Je ne suis pas allée jusqu’au simiesque, mais j’avais des cops portant cuir rouge et gant blanc… If they say, why, why? / Tell ’em that is human nature.

[ZigomaD] : Wanna be starting something yeah yeah!!!  Onze ans et je trépignais toujours en entendant ce morceau, des pieds jusqu’aux épaules en passant par les hanches. Les vibrations, le rythme, les oreilles, je ne réalisais pas encore à quel point c’était nourrissant. Puis j’ai fouillé un peu et j’ai découvert son album précédent Off The Wall. Les pas de danse ont continué.

[MeloP] : Ouaip, pareil, Off The Wall écouté après, et Don’t stop ’til you get enough… mon préféré (dire qu’ils ont osé m’le coupler au tirage d’un mauvais jeu de hasard… wtf). Tu trouves pas que ça se chante nickel sous la douche? Keep on / With the force don’t / Don’t stop ’til you get enough (mais défense de danser… ça glisse!).

[ZigomaD] : Sous la douche!? T’es dangereuse Melo ; D En rangeant le petit déj’ c’était mieux : confiture au frigo, beurre dans le placard, no problemo. Oo ) Ah oui, c’est vrai qu’on ne se connaissait pas encore, mais tu m’aurais aperçu facilement : veste et pantalon en jean rouge, yes baby, et même la paire de mocassins blancs! Mais pas de gant. Et de gros doutes quant au futal à strass.

[MeloP] : OMG! That nasty boogie bugs me / But somehow how it has drugged me / Blame It On The Boogie.

forceps

[MeloP] : Clairement toute la collection qui suit. Rien ne me satisfaisant pleinement (désolée pour les inconditionnels). Quelques morceaux en or massif bien évidemment, The way you make me feel par exemple (You really turn me on, Michael).

[ZigomaD] : Ou turn me off… Après Thriller, les forceps sont apparus. Que ce soit avec ces frangins pour un album (Victory) et un clip affreux-affreux (parlez d’une torture!), plus tard avec une princesse (Help!), ou Paul Mac Cartney (sac en papier?), clairement des expériences pas forcément fructueuses… enfin ça a dû brasser du dollar, pas du génie.

[MeloP] : Oh non pitié, je demande grâce (et c’pas la mère de la princesse!). Heureusement pour contrecarrer quelques grands plaisirs. Un morpho-clip génial sur une belle collaboration avec Slash, et, symbole d’altruisme : Heal The World.

[ZigomaD] : Le petit riff de gratte, le petit hi dans la gorge, le clip machin bidule. (et surtout le truisme : pfff).

rappel

[MeloP] : Jamais vu en concert parce que : 1/ Si une occasion s’était présentée au départ (et malheureusement non), j’aurais été trop jeune et mes parents pas assez open – 2/ Plus tard, l’envie n’y était plus. Par contre, j’ai maté plusieurs fois, et avec délectation, This Is It.

[ZigomaD] : Deux galettes en main, quelques clips dans les mirettes, that’s it. À partir de 1984 apparaissent sur ma platine un 45 de Eurythmics, un album de Depeche Mode, The Smiths, puis Siouxsie, B.52’s…et aussi The Cure. Exit le look, le poster, et les hits du Moonwalker.

triceps

[MeloP] : C’est pas pour rien, le surnom… Béni des Dieux, le King Of Pop. Au premier rang lors de la distribution du talent. Alors forcément, j’aime (laissez moi réfléchir) : sa mouvance aérienne, son angélique voixses clips court-métrages (Smooth Criminal in the top ten. Yes, yes), ses expériences rythmiquesson perfectionnisme acharné…  

[ZigomaD] : Excellent danseur, très bon chanteur. Là dessus rien à redire. Beaucoup de talent, beaucoup de travail aussi. 

[MeloP] : Immortel et je lui laisse le mot de la fin // One day in your life / When you find that you’re always lonely / For a love we used to share / Just call my name, and I’ll be there.

the end

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s