Off The Record : Noir Désir

Playlist ]

Un jour en France, plongée off-the-recordesque au cœur des flots du roc(k) français. Recalibrage du sextant au tempo du palpitant. Le son s’engouffre, les voiles claquent au vent. L’amer tangue comme se dessinent sur l’horizon les contours d’une île défendue, escale originelle : Noir Désir.

première pelle

[MeloP] : Ma prime réaction fut : « que vient faire le sombrero de sa mère » dans tout ça. Ouais j’sais, des fois j’ai des fêlures au casque pas piquées des vers (soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien).

[ZigomaD] : Naaan? Melopée, pas touâ!!! Tu aurais dû commencer par toujours être ailleurs. Découvert sur vynil (old school), leur premier album m’a irrémédiablement scotchée, une véritable étincelle sous le bulbe. T’avais donc dû rater une marche ….ou la bouée? Heureusement, le phare fonctionnait! Ah récifs, récifs ;-P

[MeloP] : Gna gna gna… après j’ai compris. M’enfin!

[ZigomaD] : Rééécif! Le phare s’est alors mis en route, et sa lumière de tourner, et tourner sur toutes les radios, à la télé. Trop de vibes, de vagues, et Melo beeeeen elle a plutôt bu la chope.

[MeloP] : C‘était pas gagné, n’étant point fan du rythme « marino-celtique ». Par contre, servi par un bon texte, une voix ardente, aux intonations de galets chahutés par un torrent de haute montagne… Traînante, entraînante… Le piège s’est refermé.

[ZigomaD] : …et pendant ce temps-là les notes tricotaient ?

[MeloP] : J’dis pas (enfin si), l’album aurait été du même acabit, j’en aurais fait du fil de nylon. Mais non… Impossible… Ils ont su me parler… J’ai entendu « Emmène-moi, emmène-moi, on doit pouvoir, se rendre écarlates« , j’ai obtempéré.

[ZigomaD] : Leur brûlant Come on baby, light my fire décalque et requinque les cages.

[MeloP] : Et ce vent de velours qui m’a emportée, me procurant de grosses émotions, une sorte de Zen Émoi, en route pour la joieFidèle, je fus, jusqu’au bout, sans broncher.

forceps

[MeloP] : Niveau musique… Rien à redire, le Téléphone raccroché, avec la Mano et les Rita, ils furent ma bouffée d’oxygène hexagonale. Niveau le reste… (infinité de destin, on en pose un, qu’est-ce que l’on retient) Bah ouais… C’est plus que bof!! Oh Bertrand, tu m’donnes le mal!

[ZigomaD] : Idem. No comment.

rappel

[MeloP] : Que ce soit clair, je ne résiste pas à Totsaky et (tu le sais ma MaD à moi) à la très bonne collaboration de Cantat avec les Shaka Ponk. Ces deux titres me gonflent à bloc.

[ZigomaD] : Je n’y résiste pas non plus, un très bon morceau, les sillons également en transe avec Ici Paris

triceps

[MeloP] : L’empreinte Noirdez à mes yeux? Des phrases inoubliables, revenant incessamment frapper la cafetière. Comme ça, pêle-mêle : Aux Sombres Héros de l’Amer (Ami, qu’on crève d’une absence ou qu’on crève un abcès, c’est le poison qui coule), L’Homme Pressé (Militant quotidien de l’inhumanité, des profits immédiats, des faveurs des médias) ou Un Jour En France (On devrait encore imprimer le rêve de l’égalité, on n’devra jamais supprimer celui de la fraternité, restent des pointillés).

[ZigomaD] : Une plume affûtée, une voix envoûtante, des riffs vrombissants…et

[MeloP] : Des regrets, un inachèvement. What I Need? Une machine à remonter le temps (et pas celui des cerises) mais t’auras rien, c’est ainsi, c’est pas fait pour les perdants, le paradis.

[ZigomaD] : Une dernière lampée, les cils détrempés, l’autre main refermant la boîte à musique.

the end

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s