Cui-cui?

Alohaolé Ziknautes!

Quand Melo me carre un piaf dans l’post, j’titube pas, j’virevolte :

Il y a un vent chelou qui s’met à ronfler, à gonfler, puis à m’soulever par les ailes. J’vous brosse le portrait :

Alors me revient en pleine poire la grande belle vague de notes, avec en tête de proue du remuant, du génial, du pétillant :

Pis ça retombe comme un gros soufflé, flan renversé, vers une partoche douce-amère comme elle s’engouffre dans ma cage thoracique :

Un tourbillon et la manivelle redémarre :

Se braque :

S’enraye :

Patatraque :

Puis le coucou repart :

Prend de la vitesse, ficelle du métier :

Avant de replonger :

Je me dore la coquille sous les ondes plumantes. Q.I. cuit ?

Bis spät, zigonautes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s