Soundtrack : Fame

Hello Zigos de tous poils, cinéphiles, sérivores et musicologues, nous inaugurons une nouvelle catégorie zigomaphonesque avec MaD et espérons que cela vous réjouira.

Premier jet, premier choix : Alan Parker, les années 80, destins croisés et fresque sociologique… Le pitch? Ils veulent devenir célèbres, ils veulent la gloire. La prestigieuse High School of Performing Arts de New York et ses années de formation peut les aider à parvenir au sommet.

C’est l’histoire de Bruno, génie du synthé et du piano, fils d’un chauffeur de taxi. C’est l’histoire de Coco, chanteuse d’humble milieu, intelligente et cultivée, sublimée par Irene Cara, magique de fragilité.

Ado (oui, ça remonte…), c’est le film que j’ai regardé le plus et je ne loupais aucun épisode de la série qui en fut tirée. Par contre je n’ai pas vu les comédies musicales (faudrait que j’y remédie). Avec les copines, nous rêvions d’intégrer un établissement de ce genre, tout comme certains d’entre vous, j’en suis sûre. On s’voyait déjà… sur le haut d’une affiche de Broadway (bah ouais… autant voir grand!).

Sauf que… nos mères étant de véritables Pitbulls, tout ne s’est pas passé comme prévu😉 Mais de là vient mon goût pour  le melting-pot, les mélanges de genres.

Je dansais avec Leroy, le « burb » indiscipliné et analphabète, prêt à tout, même à piétiner quelques principes d’amitié, l’école étant sa meilleure porte de sortie ; avec Lisa dont le rêve, ténu, menaçait de s’échapper à chaque instant ; et avec Hilary, la bourgeoise orgueilleuse.

Enfin bref, je baignais dans l’insouciance de l’onirisme, la musique (déjà), la camaraderie, les rivalités… J’imaginais rencontrer un prof comme Mr Shorofsky, et là, ce fut une utopie.

Je donnais la réplique à Montgomery, pauvre petit garçon riche en pleine réflexion existentielle ; à Ralph, portoricain grande gueule dont le père, catholique (tant qu’à faire, ça excuse tout), se défoulait à bras raccourcis sur ses gamins ; et à Doris la timide qui allait s’affirmer au fil du temps. Je refaisais des heures durant le grand final (que l’on trouve dans tout bon film musical), l’atteinte du Saint Graal.

Dernier rappel : cette B.O fut composée par Michael Gore, interprète de Ralph & Monty (Dressing Room Piano), et gagna l’Oscar de la meilleure musique. Les chansons Fame et Out Here On My Own furent, elles aussi, nommées pour l’Oscar de la meilleure chanson. La statuette fut obtenue par Fame.

Enjoy and have a good night mes Zigos.

MeloP ζ

Une réflexion sur “Soundtrack : Fame

  1. J’ai vu la première saison de la série et j’ai adoré ! Par contre j’ai jamais vu le film ! Faut absolument que j’y jette un coup d’œil ! Par contre je connaissais déjà ces chansons inoubliables !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s